Uncle Charlie

Photographies de Marc Asnin

Un homme nu portant des bottes de cow-boy regarde d’un air pensif par la fenêtre.
Un rai de soleil tombe sur le plancher d’un petit appartement poussiéreux de Brooklyn.
Un chien hurle derrière un enfant.



Uncle Charlie, c’est surtout un corps. Un corps d’homme maigre, trop vite abîmé par la
drogue, par la vie, par la folie. Un corps outragé, abandonné, sur lequel le photographe
pose un regard fait d’autant d’acuité que de tendresse et d’une immense compassion.

Cette exposition est l’aboutissement de trente ans d’un travail photographique d’une
grande intégrité. Il s’agit d’une plongée intimiste dont l’ampleur a été rarement été égalée dans l’histoire de la photographie. Marc Asnin a photographié pendant plus d’un quart de siècle son oncle et sa famille. Images richement texturées, noirs et blancs profonds, organiques, dressent le portrait d’un homme complexe et perturbé, Charles Henschke, l’oncle et parrain du photographe.



Cette étude de famille est d’une remarquable profondeur : une famille prise dans son
désarroi, victime de la maladie mentale de l’un de ses membres, mais qui a aussi ses
moments de joie, de détente, de partage. Inspiré par la photographie de Bruce Davidson et son projet East 100th Street, Marc Asnin a d’abord tenté d’utiliser la photographie pour entrer en contact avec son oncle, avant d’être emporté toujours plus avant dans ce voyage émotionnel.
Il en résulte un document exceptionnel sur un univers clos : celui de cet appartement qu’oncle Charlie ne quitte plus, de ce quartier pauvre où les tragédies familiales sont quotidiennes, et celui aussi de l’univers mental de son personnage principal.

L’exposition se compose d’une quarantaine de photographies noir et blanc et de plusieurs grands tirages couleur, ainsi que d’une installation sonore.

Un livre a également été publié aux éditions Contrasto en 2012.